CA 29 – Diplomatie et nucléaire militaire – Mai/Juin 2010

Sommaire

DOSSIER: DIPLOMATIE ET NUCLEAIRE MILITAIRE –

Corée du Nord, Iran, trajectoires opposées de la politique étrangère chinoise

La Chine comprend les ambitions nucléaires de l’Iran

Révision 2010 de la doctrine nucléaire américaine – Un document de statu quo ?

– REPERES –

Le renminbi : « notre monnaie, votre problème »

Le XIIe plan quinquennal et les inégalités géographiques de développement

Les enjeux de l’augmentation des salaires

Réformes des congrès du Parti : vers une meilleure représentation de la société ?

Taiwan : les perspectives politiques de l’après ECFA

L’achèvement de l’ex-porte-avions soviétique Varyag et la question de la construction de porte-avions en Chine

– DECALAGES –

Gagnants et perdants internationaux : le « classement de Shanghai »

Avant-propos

La Chine s’affirme et même parfois s’affiche comme une grande puissance, faisant fi des périphrases sur la « montée pacifique » ou la « puissance responsable ». Ce fil rouge court à travers divers thèmes de ce numéro : d’un revirement récent sur la Corée du Nord, où Pékin préfère assurer l’avenir plutôt que s’user dans la lutte contre la prolifération, à l’achèvement prochain du porte-avions Varyag, dont des commentaires nous disent qu’il n’est utile que s’il est montré, au jugement serein sur les puissances montantes ou déclinantes du monde globalisé : la Chine est au premier rang des vainqueurs.
Ce numéro estival fait aussi par conséquent la part belle aux débats de « grande stratégie ». Quels sont les gains d’un vote au Conseil de Sécurité de l’ONU en faveur de nouvelles sanctions contre l’Iran ? Pourquoi ne plus soutenir l’approche américaine sur la péninsule coréenne ? Jusqu’où s’appuyer sur les grands émergents pour accélérer la transformation de l’ordre international ? Comment mettre la politique monétaire chinoise au service des objectifs stratégiques de la politique étrangère ?
Le dossier « diplomatie et nucléaire » rappelle que le soutien de Pékin à l’agenda Obama de dénucléarisation du monde, affiché par la participation de Hu Jintao au sommet de Washington, n’empêche pas de profondes différences et une sensibilité exacerbée à la supériorité nucléaire américaine. Sur la péninsule coréenne, la rupture serait consommée depuis octobre 2009, et s’expliquerait par une tentative – réussie – d’empêcher la poursuite d’un dialogue bilatéral entre Washington et Pyongyang, qui aurait risqué de couper la Chine d’une relation clientéliste qui sert ses intérêts. Cette analyse explique indirectement la posture dubitative adoptée par la Chine vis-à-vis de l’incident de la corvette Cheonan, et pose que le vote des sanctions à l’ONU a servi à compenser les Etats-Unis pour leur perte en Corée. Il y manque toutefois des éléments de contexte : naguère, la Chine elle-même n’avait cessé d’appeler à des négociations bilatérales entre Washington et Pyongyang. C’est plus récemment qu’elle a adopté une ligne dure sur sa propre projection navale, et contre la présence militaire américaine dans les parages de la Chine. Le revirement sur la Corée du Nord ne fait-il pas partie de ce calcul plus large ?
Les analystes n’hésitent plus à prévoir des ruptures stratégiques avec le passé. Le directeur du plus influent think-tank shanghaïen montre un système international, plutôt qu’un ordre, regroupé autour de pôles évolutifs en fonction de leur situation : ceux qui gagnent, ceux qui sont sur la défensive, ceux qui perdent et ceux qui sont marginalisés. La Chine doit s’appuyer sur les forces montantes pour rééquilibrer le système international en sa faveur – et c’est clairement au détriment des Occidentaux, ou tout au moins au détriment de l’Europe et du Japon. L’internationalisation du RMB est autant une stratégie politique qu’un instrument au service d’un changement de modèle de développement. La stratégie d’intégration du voisinage autour de la Chine s’étend aussi à des partenaires plus éloignés, et elle passe avant la libération complète des changes ou la prise de responsabilités majeures – qu’on laisse sans ambiguïté aux Etats-Unis.
La région est bien en effet le lieu d’exercice de la puissance chinoise, comme le montrent les débats rapportés dans ce numéro sur l’avenir du porte-avions chinois. Le programme est tenu pour acquis et le débat porte donc sur des points bien plus opérationnels : l’emploi du Varyag, actuellement en cale sèche à Dalian et qui pourrait rejoindre la flotte du Sud pour « dissuader le Vietnam », ainsi que les considérations techniques liées à la construction de futurs porte-avions et de leur flotte embarquée. Si tous les programmes n’avancent pas au même rythme, il n’en reste pas moins que cet aperçu sur les chantiers militaires chinois est un contrepoint important à la polémique qui s’est levée entre la Chine et les Etats-Unis sur la mer de Chine du Sud.
A Taiwan, le mois de juin a vu la signature de l’ECFA, l’accord-cadre de coopération économique entre les gouvernements des deux rives. La portée de l’accord a sans doute été surinterprétée par la presse internationale. Il ne concerne après tout qu’une quantité limitée de produits, et la Chine a consenti à en limiter l’impact sur les secteurs fragiles de l’économie taiwanaise, exclus de l’accord. En outre si l’ECFA s’accompagnera d’une diminution des pressions exercées par Pékin sur la diplomatie économique de Taiwan, les gains pour Taipei seront très relatifs dans la mesure où des négociations sectorielles étaient déjà menées avec ses principaux partenaires commerciaux, et que des accords bilatéraux de libre-échange restent une perspective éloignée, à l’exception peut-être de Singapour. Nous avons choisi de mettre en avant la standardisation du processus de négociations entre les deux rives et le poids de l’opinion publique taiwanaise sur le résultat final, qui tendent à appuyer la thèse de la durabilité de la détente… tant que Pékin ne presse pas Taipei d’entamer des négociations politiques.
Enfin, l’actualité intérieure a sa propre logique, qui est celle de la mutation graduelle d’une société en pleine expansion. La réforme politique bouge encore, comme en témoigne une prise de position pour la réforme des élections provinciales – au sein du Parti, il est vrai. Et le thème de la revalorisation des bas salaires connaît une vogue sans précédent. N’est-ce pas une nécessité, au moment où des analyses de source chinoise révèlent que le revenu du décile le plus riche des citadins chinois – et lui seul – doit être multiplié par trois par rapport aux chiffres officiels : avec 139,000 yuans par personne (16 500 euros), ces 72 millions de personnes pèsent à eux seuls aussi lourd que l’économie française.

François Godement et Mathieu Duchâtel


Citer ce billet
Asia Centre (2010, 19 juin). CA 29 – Diplomatie et nucléaire militaire – Mai/Juin 2010. Les carnets d’Asia Centre. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mj45

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search